Prix lycéen du livre de philosophie

Open Book
Keyboard
MacBook
Crocus
Blueberries
Light Bulb
Reed



Foire Aux Questions

N’est-ce pas trop difficile ?

La lecture d’un livre de philosophie est sans doute moins aisée que celle d’un roman. Mais les livres ont été choisis parce qu’ils sont accessibles aux élèves de terminale.
Si certains passages sont trop difficiles, il est toujours possible de les sauter pour y revenir ensuite. La lecture d’un livre n’est pas toujours linéaire.
Les discussions qui seront organisées entres les élèves et sur les forums doivent permettre d’éclairer certaines difficultés.

Quels sont les élèves qui peuvent participer au prix ?

Tous ! Il n’y a pas de sélection. La curiosité de chacun est le seul moteur et la seule condition de la participation.

Comment lire un livre de philosophie?




Avant de vous lancer dans la lecture


Ce qu'il faut savoir avant d'ouvrir le livre.
Dîtes-vous que ce ne sera pas forcément une partie de plaisir. Du reste, ce qui procure de la joie nécessite souvent de la peine, de l'effort, un peu de labeur. Les livres de philosophie sont souvent d'un abord déconcertant, voire rebutant  : en raison du vocabulaire qui peut être conceptuel, de la technicité des analyses et des démonstrations, des questions qu'ils posent et que, spontanément, on n'aurait pas songé à poser. Mais c'est fait exprès  ! Pour dissiper les confusions de la pensée spontanée, il est nécessaire de forger des concepts  ; pour sortir des fausses questions et des débats stériles, il est nécessaire de construire des problèmes  ; pour ne pas sombrer dans le dogmatisme, il est nécessaire de construire une argumentation rigoureuse. Cette première impression désagréable disparaît généralement au fil et à mesure de la lecture. Ce qui prouve que rien n'est intéressant en soi, et qu'un livre dont l'abord est rebutant peut le devenir pourvu qu'on fasse l'effort de s'y intéresser.

Prendre exemple sur le randonneur.
Si vous ne voulez pas renoncer au bout de la troisième page, prenez exemple sur le randonneur. Ce dernier, lorsqu'il commence à marcher, évite de regarder vers la cime pour ne pas se décourager. Il se concentre plutôt sur chaque pas. Dîtes-vous que ce n'est pas grave si vous ne parvenez pas au bout. Votre lecture peut être féconde sans être pour autant exhaustive. Ne paniquez pas si vous ne comprenez pas tout  : il est impossible de tout comprendre à la première lecture. A l'inverse, ne soyez pas victime de l'illusion que vous ne comprenez rien  : il est toujours possible, en se concentrant, de comprendre ponctuellement tel ou tel passage.


Lire


S'emparer du livre.
On ne lit pas un livre de philosophie comme on lit un journal. On ne lit pas un ouvrage dont on peut faire un usage scolaire comme on lit un roman pour se divertir. Le livre que vous choisirez de lire n'est pas une source d'information ou l'occasion de vous délasser  : il doit être l'objet d'une méditation. Vous devez donc vous emparer de l'ouvrage, le prendre en main, le lire de façon active. Cela suppose une posture corporelle  : le mieux est d'être assis, de pouvoir souligner les passages importants au crayon et de prendre des notes sur un carnet, une petite fiche cartonnée ou bien sur votre ordinateur (pourquoi ne pas utiliser votre logiciel de notes?).

S'approprier le livre.
Commencez toujours par identifier clairement l'objet du livre, sa nature, le problème qu'il soulève, l'idée directrice, et, le cas échéant, sa structure. Ces indications sont souvent présentées explicitement par l'auteur dans sa préface, son introduction ou sur la quatrième de couverture. Si le livre contient un appareil critique, vous pouvez aussi vous aider des indications que donne celui qui en a établi l'édition dans l'avertissement, la préface ou l'introduction. Prenez soigneusement ces indications en notes. Elles permettent d'avoir une première «  cartographie  » de l'ouvrage ainsi qu'une «  boussole  » pour vous orienter.
N'hésitez pas à passer sur ce que vous ne comprenez pas. Ce n'est pas grave si votre lecture est «  flottante  ». Concentrez-vous, en revanche, sur les passages qui vous semblent importants  : lisez-les attentivement, notez la thèse et les arguments qui la soutiennent. N'hésitez pas à noter telle ou telle citation. Mais ne vous contentez pas des citations  : pour s'approprier l'idée d'un auteur, il faut faire aussi un travail de reformulation. Notez également vos propres commentaires (dans une autre colonne qui fait face aux notes que vous prenez, entre crochets ou, encore, dans une police différente)  : interrogations que le passage suscite en vous, objection à laquelle vous pensez, exemple permettant d'illustrer l'idée, qualification du passage («  il me semble confus  », «  il me paraît très pertinent  », etc.), usage que vous pourriez faire de ce passage en dissertation, etc. Ces commentaires sont aussi une façon de vous approprier le livre, de l'intégrer à vos préoccupations, à votre méditation.

Autrui comme «  pierre de touche  ».
La pierre de touche est une petite tablette utilisée en orfèvrerie pour tester les alliages ou les métaux précieux. Si vous voulez vérifier que vous avez compris ce que vous avez lu et si vous vous l'êtes réellement approprié, parlez-en autour de vous. Expliquez à d'autres (vos parents, vos camarades, votre professeur de philosophie et bien sûr aux lecteurs de ce forum) ce que vous avez compris, ce que vous n'avez pas compris, ce qui vous a intéressé, ce qui vous a rebuté. C'est un excellent test  : ces échanges permettent souvent de clarifier ses propres idées et de comprendre... qu'on avait pas compris ou qu'on avait mal compris. Ce qui est la seule façon de se mettre en position de comprendre vraiment.

Faut-il suivre un ordre pour lire les livres?

Il n’y a pas de règle et les livres peuvent être lus dans n’importe quel ordre. Tous les livres ont un rapport avec le programme de philosophie. Le professeur peut conseiller de lire les livres qui sont directement en rapport avec son cours. Mais on peut également considérer que la lecture préalable d’un livre est une bonne préparation de ce cours.

Y a-t-il des formalités d'inscription?

La participation au prix est libre et aucune inscription n’est requise. Pour faciliter l’organisation et la communication, il est toutefois demandé aux professeurs de se signaler auprès du Comité de pilotage du prix: contact@prixphilo.org

Selon quels critères les livres sont-ils choisis ?

Les livres sont choisis en fonction de la relative facilité de lecture qu’ils permettent et de l’intérêt qu’ils présentent pour des élèves qui découvrent la philosophie.
Ils sont tous en rapport avec le programme de philosophie et d’enseignement moral et civique des classes terminales.
Sont ainsi exclus tous les livres d’histoire de la philosophie, ou ceux qui s’adressent à un public qui a depuis longtemps dépassé un niveau élémentaire de philosophie.

Comment se passe le vote?

Le vote aura lieu en mai dans chaque lycée. Chaque lecteur vote pour le livre dont il pense qu’il mérite de remporter le Prix.
Le nombre de voix obtenu par chaque livre dans chaque lycée est communiqué au Comité de pilotage du prix le 31 mai au plus tard.
Le Comité de pilotage du Prix totalise les suffrages obtenus par chaque livre et déclare lauréat du Prix celui qui en aura remporté le plus grand nombre.
Ainsi, les élèves ont intérêt à participer au vote, même s’ils ont choisi un ouvrage qui n’est pas favori dans leur lycée, car leur vote sera comptabilisé au niveau national.

Le nom du lauréat sera publié sur ce site le 1er juin.

Les résultats du vote de chaque lycée seront publiés sur ce site, ce qui garantit la transparence de l’élection.

Quel est le rôle des professeurs de philosophie ?

Les élèves sont évidemment libres de s’organiser comme ils veulent. Mais si la lecture est une activité solitaire, elle doit conduire à des discussions que les professeurs de philosophie peuvent être amenés à organiser et nourrir. On peut imaginer que certaines heures d’AP puissent être utilisées pour ce faire. Les livres qui touchent au programme d’EMC peuvent également être lus dans le cadre de ces cours (par exemple, cette année, les livres sur la laïcité et le totalitarisme).

Faut-il acheter tous les livres?

Il est recommandé de faire acheter les livres par le CDI, si possible en deux ou trois exemplaires. La somme nécessaire pour acquérir les cinq livres sélectionnés pour l’année 2015-2016 est de 80 euros.
À l’avenir, la liste des livres sera rendue publique en juin, pour permettre aux professeurs de s’organiser et, éventuellement, de demander une subvention à la Région pour financer l’achat des ouvrages.

Comment organiser les échanges, discussions et débats entre les élèves?

Un des objectifs du prix est de susciter des échanges et des discussions philosophiques. Comment faire ? Chaque professeur est bien entendu libre de son organisation. Nous proposons ici quelques pistes.

À quel moment organiser les discussions ?
– trouver une heure de la semaine où l’on peut réunir tous les élèves du lycée qui participent au prix ; utiliser ce créneau toutes les quatre ou six semaines par exemple ;
– utiliser des heures d’EMC pour un travail plus spécifique sur les œuvres qui sont en rapport avec le programme de ce nouvel enseignement ;
– consacrer certaines heures de cours à des extraits des livres sélectionnés.

Comment se passent les réunions avec les élèves ? Quelques pistes :
– présenter un ouvrage (début de l’année) ;
– demander à des élèves de se charger de cette présentation, ou de faire un exposé sur une partie du livre qu’ils auront jugé particulièrement intéressante ;
– proposer des thèmes de débat à partir de ceux abordés dans les livres de la sélection.

Ce ne sont là que des suggestions. Les professeurs et les élèves sont invités à faite état de leurs pratiques sur
le forum.

Qui sommes-nous?

Le prix est organisé à l’initiative de l’Association des professeurs de philosophie de l’enseignement public. Son comité de pilotage est composé de quatre professeurs de philosophie enseignant en terminale:
- Didier Brégeon, Lycée Henri-Cornat (Valognes).
- Nicolas Franck, Lycée La Folie Saint-James (Neuilly).
- Jean-Louis Lanher, Lycée du Parc (Lyon).
- Marie Perret, Lycée Richelieu (Rueil-Malmaison).